Demandez-nous
une démo

Quels sont les types de logiciel WMS ?

3 grandes catégories de logiciel WMS

Lorsque l’on tape « WMS » sur un moteur de recherche, nous découvrons de nombreuses solutions proposées par des éditeurs français ou étrangers.

 

Alors comment y voir plus clair dans ce maquis des solutions logiciels ?

Les WMS se valent-ils tous ou y’a-t-il des spécificités à connaître par rapport à vos besoins ?

Quels sont les avantages et les points de vigilance ?

 

Tachons d’y répondre !

Tout comme les éditeurs, on a l’habitude de classer les WMS en 3 grands types :

1 – Les WMS spécialisés sur des métiers ou secteurs d’activité

Ces WMS sont dédiés à des métiers ou des secteurs d’activités bien précis comme :

  • Les industries de process (l’agroalimentaire, la chimie ou l’industrie pharmaceutique) ou les industries manufacturières (machines spéciales, aéronautique, navale, ferroviaire),
  • Les grossistes et le B2B dans les secteurs d’activités proches de ceux qu’on retrouve dans le Retail,
  • Le monde du commerce de détail (Retail) dans lequel on retrouve la grande distribution, la vente en ligne / e-commerce ou la distribution spécialisée (l’édition, l’accastillage, les équipements de la maison, le textile – habillement…),
  • Enfin la prestation logistique et de transport / 3PL généralistes ou positionnées sur des spécialités comme la logistique du froid, la logistique portuaire, les services à l’industrie, la messagerie…

 

Certains de ces WMS font partie d’une brique fonctionnelle d’un ERP (lui-même parfois spécifique à un secteur d’activité), ou bien se positionnent en complément de gamme d’un OMS (Order Management System), d’un TMS (Transport Management System) ou d’un APS (Advanced Planning System).

Par conséquent ces WMS figurent soit au cœur d’une suite logicielle dite verticale (par exemple APS / ERP / WMS) ou bien horizontale (OMS/ WMS / TMS / YMS).

Leurs couvertures fonctionnelles sont complètes et éprouvées sur un métier ou un secteur donné.

Ces solutions sont souvent implantées dans de grandes entreprises leaders sur leur marché. Ces dernières profitent souvent de leur acquisition pour remettre à plat leurs processus internes, sur plusieurs sites simultanément ou bien « en cascade » (déploiement sur plusieurs sites à partir d’un site pilote et modèle).

Cependant même si le WMS est spécialisé dans un secteur donné, ceci n’empêchera pas d’engager des coûts d’adaptation et de développements spécifiques pour standardiser les processus logistiques et unifier les organisations.

Notons que les ERP intégrant un module « WMS » se limitent souvent à une simple gestion de stocks, sans pouvoir gérer des flux logistiques complexes. 

 

Leurs atouts :

  • Fonctionnalités pré configurées pour des flux logistiques spécifiques à un secteur d’activité,
  • Interfaçages éprouvés avec autres outils métiers spécifiques du même secteur.

 

Les points de vigilance :

  • Durée d’implémentation élevée avec un méthodologie classique en V,
  • Cout des développements spécifiques.

 

Exemple de WMS : Generix Reflex de Hardis Group, Manhattan WMS de Manhattan Associates, Odatio de Savoye, Körber Supply Chain, Suite ERP de VIF, Speed Medical de BK System…

2 – Les WMS se limitant à une gestion de stocks « améliorée »

Il s’agit de solutions relativement basiques et peu onéreuses, idéales pour une gestion de stocks.

Mais la plupart de ces WMS ne sont pour le moins, voire pas, adaptés pour gérer des « flux logistiques ».

Ainsi certains de ces WMS ne peuvent gérer pas en standard :

  • Des tâches de contrôle, de prise de dimension et de poids, dans le flux de réception,
  • Du rangement en stock par adressage automatique sous contraintes multiples,
  • Une gestion d’emplacements dynamiques,
  • Du cross docking avec mise à quai directe,
  • La gestion des navettes inter-sites,
  • La planification des mises en préparation,
  • Des préparations des commandes en plusieurs temps, suivies de l’avancée du traitement des commandes, affectation d’opérateur,
  • Une gestion des documents et principes d’édition lors d’une mise à quai et la gestion des chargements avec contrôle du chargement…

Votre cahier des charges devra par conséquent être particulièrement détaillé pour bien vérifier avant de le choisir, la parfaite adéquation du WMS avec les besoins exprimés. Sinon les développements spécifiques engageront des coûts importants et des délais de démarrage plus longs !

 

Leurs atouts :

  • Coût d’acquisition de la solution,
  • Idéal pour des flux logistiques et des règles métiers basiques.
  • Ergonomique et facile à prendre en main

 

Les points de vigilance :

  • Couverture fonctionnelle faible,
  • Problème d’évolutivité en cas de croissance de l’activité,
  • Robustesse technique pour des WMS récents.

 

Exemples de WMS : Monstock, ShippingBo, Wileo d’Acléa Solutions, Icare de Pixao, Pixi de Pixisoft

3 – Les WMS généralistes

Proposés par des éditeurs qui sont souvent des PME basées en France et disposant d’une grande antériorité dans le domaine logistique, leur WMS propose de nombreuses fonctionnalités standards qui s’adaptent à la plupart des cas métiers et flux logistiques présents dans l’entrepôt.

  • Processus d’entrée : Planification des réceptions, déchargement, captations des donnés, contrôle qualité, rework et étiquetage, rangement / casage, cross docking,
  • Processus internes : Préparation pour fabrications, opérations sur produits (préparation de kits…), gestion de navettes intersites, sorties déclaratives, réapprovisionnement picking,
  • Processus de sortie : Planification des préparations, traitement des commandes, affectation d’un mode de préparation, prélèvement et colisage, étiquettes et documents d’expédition, consolidation, chargement,
  • Fonctions support : Tenue et gestion des stocks, pilotage de l’entrepôt (tableaux de bord, organisation des opérations, gestion des interfaces et accès, contrôle de gestion & facturation logistique).

 

De plus lorsque l’éditeur dispose d’une grande antériorité (certains sont sur le marché depuis plus de 30 ans) et de nombreux clients, son WMS a pu bénéficier de nombreux retours d’expérience qui ont permis de le faire évoluer, pour devenir un véritable « couteau suisse » performant de la gestion d’entrepôt.

Et c’est un atout de taille quand vos besoins ne sont pas détectés et formalisés au moment de votre consultation !

Bardé de nombreuses fonctionnalités et dans des secteurs d’activités pluriels, ces WMS peuvent couvrir ainsi des besoins très divers sans engager de développements spécifiques qui alourdissent la note finale.

Si en plus ce WMS dispose de belles références dans votre secteur d’activité ou proche du vôtre, alors foncez car vous bénéficierez des dernières évolutions logicielles et des meilleurs pratiques de gestion d’entrepôt !

 

Leurs atouts :

  • Couverture fonctionnelle,
  • Bonnes pratiques issues d’autres secteurs,
  • WMS souvent modularisés.

 

Les points de vigilance :

  • WMS parfois vieillissant et n’ayant pas bénéficier d’une refonte du modèle de données,
  • Offre « On Premise » encore très présente au détriment du SaaS.

 

Exemples de WMS : EGO de Sitaci, Suite KLS de KLS Logistic, Morpheus de GRN Logistic, Speed de BK Systems, Stock-IT, WMS Acteos